Frankétienne

Frankétienne

Poète, dramaturge, romancier, comédien et peintre, Frankétienne est un artiste complet. Enseignant et directeur d’école pendant de nombreuses années, il fonde en 1968 avec René Philoctète et Jean-Claude Fignolé « la Spirale », qui prône l’art total en mélangeant les genres romanesque, théâtral et poétique, et qu’il a illustré avec Ultravocal en 1972. « Spirale. À tort on a parlé du « spiralisme », mais avec cette terminaison en « isme » on s’enferme dans un nouveau système. L’idée de spirale en tant que forme d’expression de la pensée, c’est essentiellement le refus du linéaire pour une libre expansion de sa pensée au gré de l’imaginaire », (article sur Frankétienne, dans Haïtiens aujourd’hui, juillet 2003).
Infatigable inventeur de mondes, expert en dynamique syntaxique et pyromane lexical, Frankétienne a publié en tout plus d’une trentaine de titres, en français et en créole. Chacune de ses œuvres est ancrée dans l’histoire contemporaine haïtienne.

« Né le 12 avril 1936, je suis un bélier rebelle, opiniâtre et têtu. Marginal irrécupérable.
Éternel insoumis. Je naquis en ce dimanche de Pâques dans la rumeur babélienne et chaotique d’un rara explosif.
Initié dès ma naissance aux brûlures rougeoyantes du zinglin, j’allais devenir beaucoup plus tard un artiste écrivain zinglindor, massacrant allégrement les formes, les couleurs, la syntaxe et les normes esthétiques traditionnelles.
Dérangeur infatigable, saccageant les remparts derrière lesquels sommeillent les mazorats, les impuissants, les paresseux et les débiles, j’apporte le scandale pour secouer les dormeurs, réveiller les inconscients et faire chier de rage diarrhéique les hypocrites et les jaloux.
Joyeusement, je voyage à l’intérieur d’un labyrinthe, lieu privilégié des catastrophes lumineuses. »
« Autoportrait » de Frankétienne, publié dans le Nouvelliste, 24 janvier 2004, transcrit par Daniel Pujol

  • Bibliographie

    Aux éditions Vents d'ailleurs

    Et la voyance explose, huitième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, 2013.
    Les échos de l’abîme, septième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, 2013.
    Clavier de sel et d'ombre, sixième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, 2011.
    Une étrange cathédrale dans la graisse des ténébres, cinquième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, 2011.
    Les Affres d'un défi, Vents d'ailleurs, 2010.
    Le sphinx en feu d'énigme, Vents d'ailleurs, 2009.
    La Nocturne Connivence des corps inverses, quatrième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, janvier 2006.
    La Méduse orpheline, troisième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, janvier 2006.
    D'une bouche ovale, deuxième mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, janvier 2006.
    D'un pur silence inextinguible, premier mouvement des métamorphoses de l'oiseau schizophone, Vents d'ailleurs, 2004.
    Dezafi, Vents d'ailleurs, 2002 (en créole haïtien).

    Chez d'autres éditeurs

    Mûr à crever, Éd. Hoëbecke, 2013.
    L'Oiseau schizophone
    , J.-M. Place, 1998.
    L'Amérique saigne, Microplus, 1995.
    Mûr à crever, Éd. Mémoire, 1994.
    L'oiseau schizophone, Éd. des Antilles, 1993.
    Fleurs d'insomnie, H. Deschamps, 1986.
    Les affres d'un défi, H. Deschamps, 1979.
    Dezafi, Fardin, 1975. (en créole haïtien)
    Ultravocal, Spirale, 1972.